L’acné sévère & les cicatrices

0
420

Les formes sévères de l’acné laissent très souvent des cicatrices inesthétiques. Cette affection n’est pas du tout une fatalité. Des traitements pour gommer ces marques disgracieuses ou les atténuer existent. Mais avant de se lancer, il est nécessaire de consulter un dermatologue qui sera le seul à vous guider sur la ou les méthode (s) à employer pour un meilleur résultat.

L’acné touche 80 % des personnes, en particulier à l’adolescence. Parmi eux, 15 % développent des formes sévères  et de ce fait présenteront, une fois l’acné disparue, de nombreuses cicatrices disgracieuses, principalement sur le visage. Mais de tels cicatrices sont également possibles pour des formes modérées ayant présenté des poussées inflammatoires, chez les patients n’ayant pas bien suivi leur traitement ou chez ceux qui ont manipulé leurs comédons ou autres lésions d’acné.


Recevez votre guide gratuit

"Soigner son acné"

Et découvrez le bonnes habitudes à mettre en place chaque jour pour éviter les problèmes.

L’ACNÉ SÉVÈRE, C’EST QUOI ?

En dermatologie, il existe trois niveaux de gravité pour l’acné : légère, modérée et sévère. Seul le diagnostic d’un médecin spécialiste peut déterminer avec précision le type d’acné dont souffre le patient et ceci dans l’optique pour pouvoir adapter les actions cliniques qui s’imposent et préconiser le ou les traitement(s) adéquats.

Une acné sévère, dite de grade 4, puisque c’est celle qui nous intéresse dans la présente fiche santé, est une acné qui couvre tout le visage de nombreuses papulo-pustules, avec des comédons ouverts ou fermés et de rares nodules. Cette affection se caractérise par des plaques de boutons conséquents, en grand nombre où les lésions sont plus importantes et les surfaces touchées sont plus larges, généralement inflammatoires ou kystiques, qui laissent inévitablement des cicatrices disgracieuses et invalidantes.

L’acné sévère doit être prise en charge très tôt et sérieusement, car elle développe des indispositions psychologiques et même sociales chez l’individu atteint.

SYMPTÔMES DE L’ACNÉ SÉVÈRE

L’acné, d’une façon générale, se manifeste sur plusieurs zones du corps, particulièrement au visage avec une proportion de 99%des personnes atteintes, au dos (70%) et au niveau du thorax (15%).

L’acné sévère présente, dans des proportions élevées, les symptômes suivants :

Lésions inflammatoires caractérisées par :

Papules : Boutons avec des taches rouges surélevées.

Pustules : Boutons avec des têtes blanches qui surmontent des papules inflammatoires.
Nodules : Ils forment de gros boutons rouges et douloureux.

Les kystes

Comme les nodules, ils forment des boules, mais sont situés plus profondément sous la peau. Parfois ces marques sont douloureuses et rougissent, ce qui dénote un signe d’infection, et dont la pression laisse sortir une substance blanchâtre, épaisse et malodorante (pus).

Lésions séquellaires (cicatrices et crevasses)

Les lésions séquellaires sont de 02 types :

• Les lésions séquellaires à marques temporaires qui sont des stigmates qui s’effacent progressivement après quelques mois (3 à 12).

• Les lésions séquellaires à cicatrices définitives qui sont des marques définitives rebelles mais peuvent être atténuées quand même par des traitements adaptés.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CICATRICES D’ACNÉ

Les cicatrices d’acné sont des creux et des petites dépressions cutanées de taille, de forme et de profondeur variables. Elles siègent le plus souvent au niveau des joues, du front et parfois du menton. On distingue 3 types de cicatrices en creux ou déprimées :

Certaines cicatrices d’acné apparaissent comme de petites surfaces de dépigmentation ou au contraire, d’hyperpigmentation, sans toutefois altérer le relief cutané. Par contre, d’autres peuvent être saillantes ou hypertrophiques, en forme de bourrelet allongé, surtout chez des personnes de peau noire, notamment sur la zone postérieure du cou.

Il existe donc différents types de cicatrices. Celles qui sont le plus souvent associées à l’acné sont les suivantes:

1. Cicatrices atrophiques

Les cicatrices atrophiques se présentent sous la forme d’une dépression de la surface cutanée, appelées parfois « cicatrices en pic à glace ». Elles sont fines, mesurant de 1 à 2 mm de diamètre et quelques millimètres de profondeur. Elles apparaissent quand une plaie ne guérit pas correctement et que le tissu conjonctif qui se forme est insuffisant. La cicatrice se développe alors sous le tissu environnant, et une petite indentation (creux) est visible.

2. Cicatrices hypertrophiques

Les cicatrices hypertrophiques sont aussi appelées « les cicatrices en U ou cupuliformes ». Il faut savoir que lorsqu’un un bouton s’est enflammé, par processus naturel, la peau détruite est remplacée par un tissu « de qualité inférieure » qui n’a pas du tout la même structure que le tissu sain, ce qui explique une légère protubérance épaisse et plus élevée que le reste de la peau environnante. Le diamètre de ces cicatrices est plus large que les précédentes, mais elles tendent à être moins profondes.

3. Chéloïdes

Les chéloïdes sont des cicatrices larges avec une bordure franche au niveau cutané, relativement profondes et de forme quadrangulaire.

Quand une cicatrice hypertrophique continue à se développer et s’étend à d’autres zones de la peau, on parle de cicatrice chéloïde. Les cicatrices chéloïdes sont surélevées et de couleur rouge pourpre à leur apparition, mais cette couleur pâlit par la suite. Cette forme de cicatrice n’est qu’occasionnellement provoquée par l’acné ; elle est le plus souvent associée à des brûlures.

CICATRICES D’ACNÉ : LES OPTIONS THÉRAPEUTIQUES

Il faut savoir, et on ne le répètera jamais suffisamment, que seul un praticien dermatologue, ou éventuellement un esthéticien expérimenté dans certains cas précis, est habilité à choisir l’option thérapeutique adéquate pour gommer ces stigmates, ainsi que l’ordre des techniques à utiliser, défini selon son observation clinique minutieuse de la typologie des cicatrices, en tenant de leurs caractéristiques, leur nombre et leur situation, ainsi que l’état général de la peau du patient. Ces traitements peuvent être des massages avec crèmes hydratantes à base de vitamine A, chimiques, mécaniques, chirurgicaux ou effectués par laser.

1. Massage avec de la crème

Les crèmes et les massages peuvent contribuer à réduire les cicatrices d’acné.

Cette méthode a la particularité d’être facile, pratique et abordable, et permet d’appliquer le traitement en massant vous-même votre peau vous-même sans l’assistance d’un professionnel.

En effet, les crèmes hydratantes utilisées pour massage des cicatrices, à la seule condition d’être non comédogène, afin de ne pas provoquer de nouvelle poussée d’acné, donnent souvent, en faisant preuve de patience et d’abnégation, des résultats intéressants car elles favorisent la circulation cutanée et améliorent la souplesse du tissu cicatriciel.

2. Les dermabrasions des cicatrices d’acné

La dermabrasion est une technique qui est relativement tombée en désuète depuis l’avènement du laser, mais elle donne encore 30 à 40% de résultats positifs sur des cicatrices modérément profondes.

La dermabrasion, réalisée sous anesthésie générale ou parfois locale est une technique réparatrice où le praticien dermatologue ou chirurgien plasticien utilise une fraise (brosse rotative) pour « poncer » la peau jusqu’au derme superficiel ou moyen du visage. Le praticien ira plus ou moins profondément suivant les défauts à éliminer et l’endroit à traiter.

Une fois cette couche de peau détruite, une nouvelle peau va se reconstruire grâce aux phénomènes naturels de cicatrisation.

Ce traitement donne droit à dix jours d’arrêt de travail et trois mois de rougeurs. Il faut se protéger du soleil au moins six mois après l’intervention. Il existe des risques de marques et de cicatrices pigmentées, dépigmentées ou en relief. Plusieurs séances sont parfois nécessaires.

La dermabrasion chimique ou peeling

Le peeling enlève les couches extérieures de la peau.

Le peeling est un soin visage qui consiste à stimuler, avec des acides des fruits, l’acide salicylique l’acide trichloroacétique (ATC) en concentrations diverses ou une crème hydratante à base de vitamine A, l’épiderme et le derme par l’application, au pinceau ou au moyen d’une gaze, d’une substance qui permet de dissoudre la kératine, principale protéine de la couche la plus superficielle de l’épiderme. Cette application à pour but non seulement d’activer le détachement des cellules externes mortes de la peau, mais permet aussi de régénérer la peau en activant la production de cellules, de collagène et d’élastine.

Ce traitement permettra de vous débarrasser des irrégularités cutanées, comme l’acné, d’uniformiser et d’éclaircir le teint, de lisser la peau et de la rendre plus souple. Au fur et à mesure que la peau guérit, les cicatrices peuvent devenir moins visibles

La dermabrasion mécanique

Elle a les mêmes indications et objectifs que le peeling chimique, sauf qu’elle est réalisée mécaniquement généralement à l’aide d’une fraise rotative électrique à surface rugueuse. Le niveau de l’abrasion est contrôlé par la vitesse de rotation de la fraise et par la pression exercée par le médecin opérateur.

La microdermabrasion

La microdermabrasion peut améliorer les cicatrices d’acné sur une peau sèche.

La microdermabrasion est un procédé doux et rajeunissant qui exfolie la couche superficielle de l’épiderme. L’exfoliation relance l’activité cellulaire et permet de traiter plusieurs imperfections. Un traitement de microdermabrasion projette des microcristaux afin de détacher et aspirer les cellules mortes de la peau. Les traitements de microdermabrasion s’appliquent autant aux femmes qu’aux hommes.

3. Les acides de fruit

Les acides de fruit sont fréquemment utilisés pour traiter les marques ou les cicatrices d’acné sur la peau. De concentrations faibles (jusqu’à 12%) sont disponibles dans le commerce. Les esthéticiennes peuvent utiliser des concentrations allant jusqu’à 40%, pendant que les dermatologues peuvent conseiller des concentrations allant jusqu’à 70%.

Bon à savoir : Après un peeling et/ou un gommage aux acides de fruits, la peau peut être très sensible, il est donc important d’éviter la lumière directe du soleil (et le solarium) et d’appliquer une protection solaire à haut indice de protection

4. Microperforation ou micro-needling

La peau du visage est traitée avec un dermaroller. Il s’agit d’un appareil équipé d’un grand nombre de fines aiguilles dont la longueur ne dépasse pas 0,5 mm. Les aiguilles percent la couche extérieure de la peau, et la piqûre envoie un signal qui indique qu’il y a une lésion et qu’elle doit être réparée. La peau répond à ce signal en libérant plus de collagène, d’élastine et d’acide hyaluronique, et, très rapidement, la peau apparaît plus ferme, plus jeune et plus éclatante.

5. Les Injections

Les injections de cortisone sont particulièrement efficaces sur les cicatrices hypertrophiques.

Les cicatrices d’acné peuvent être traitées aussi par la technique d’injections.

Cette technique consiste à injecter, sous l’indentation des cicatrices atrophiques pour les combler, de l’acide hyaluronique. Cependant, les résultats obtenus sont souvent visibles à court terme car l’acide hyaluronique (cortisone) est progressivement métabolisé par l’organisme.

6. Cryothérapie

La cryothérapie peut être efficace sur les cicatrices chéloïdes.

La cryothérapie est une option de traitement réservé particulièrement aux cicatrices chéloïdes. Cette méthode implique que le médecin « gèle » la peau et injecte ensuite une formule à base de cortisone dans le tissu cicatriciel.

Ce traitement possède un inconvénient : traitement trop long avant de voir une amélioration de cicatrices.

7. Traitement par laser

La cryothérapie peut être efficace sur les cicatrices chéloïdes.

Le traitement par laser vise à blesser la peau de manière ciblée pour activer le processus d’auto-guérison naturel. Une fois la peau régénérée, le teint redevient plus lisse. Il existe un large éventail de lasers, et ce traitement ne doit être réalisé que par un dermatologue expérimenté pour éviter les lésions au niveau de la peau environnante.

Laser de relissage classique 

Le laser de relissage (laser resurfacing) permet de « lisser » les cicatrices qui ne sont pas trop profondes, ce traitement permet d’améliorer les cicatrices mais les résultats sont imparfaits.

Lasers fractionnels

Les lasers dits fractionnels traitent la peau par petites zones espacées les unes des autres. Cette technique permet une cicatrisation beaucoup plus rapide et diminue nettement les risques d’effets indésirables.

Lasers fractionnels non ablatifs

Lasers fractionnels ablatifs ne détruisent pas la partie la plus superficielle de la peau d’où une cicatrisation très rapide.

SHARE

LEAVE A REPLY